Notre sénateur, André Vallini

André Vallini est né en 1956 à Tullins-Fures, petite ville de la vallée de l’Isère, de René Vallini et Gisèle Fagot, eux aussi natifs de Tullins-Fures. Après avoir fréquenté l’école communale puis le collège de Rives et le lycée de Voiron, il s’inscrit à Science Po Grenoble dont il est diplômé en 1976 et à la Faculté de Droit de l’université Pierre Mendès-France, où il obtient son diplôme d’avocat en 1983.

En 1981, la grande avocate féministe Gisèle Halimi, est élue députée de l’Isère et André Vallini, qui l’avait piloté dans la circonscription pendant la campagne électorale, devient son assistant parlementaire.

Elu au Conseil municipal de Tullins-Fures en 1983, il est élu maire de sa ville natale en 1986. Il sera réélu à trois reprises (en 1989, 1995 et 2001) avec des scores proches de 70% dès le premier tour. En 1986, il devient aussi conseiller régional de la Région Rhône Alpes où il siègera onze ans, notamment à la commission culturelle.

En 1992, dans un contexte très difficile pour la gauche, il conquiert le canton de Tullins en battant le conseiller général sortant et lorsque la gauche reprend le Conseil Général de l’Isère en 2001, elle porte André Vallini à la présidence de l’Assemblée départementale. Réélu conseiller général trois fois au premier tour, il a obtenu en 2011 le meilleur score socialiste de France.

A la présidence du Conseil général de l’Isère, il multiplie les initiatives innovantes : la gratuité des musées départementaux, le « chéquier jeune Isère » pour l’accès de tous les collégiens à des nouvelles pratiques culturelles et sportives ou encore la déconcentration des services du Conseil général avec la création sur les territoires de 13 Maisons du Département pour rapprocher les services départementaux des Isérois. Il a aussi lancé dès 2001 la construction de Minatec qui est aujourd’hui le premier centre européen consacré aux micro et nano technologies. Gestionnaire rigoureux, André Vallini est à la tête du Département le moins endetté de France et en même temps parmi ceux qui investissent le plus.  De son expérience auprès de Gisèle Halimi, il a conservé une fibre féministe : en 2000 : il fut ainsi rapporteur de la loi sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et en 2001 il a créé en Isère, pour la première fois dans un Conseil général, une délégation départementale à l’égalité entre les femmes et les hommes. Dès son élection de maire en 1986, il avait ouvert à Tullins-Fures deux logements de secours pour femmes battues.

Entre temps, aux législatives de 1997, André Vallini est élu député de la 9ème circonscription qu’il arrache à la droite en battant le député sortant. Réélu en 2002, il l’est aussi en 2007 avec 60% des voix  dans une circonscription qui avait majoritairement voté pour Nicolas Sarkozy.

André Vallini a mené de front son parcours d’élu et son engagement socialiste : entré au Conseil national du PS en 1993, il a été pendant 7 ans Premier secrétaire de la Fédération de l’Isère, de 1994 à 2001. En 2000, il devient délégué national du PS, chargé des institutions et à l’issue du Congrès de Dijon en 2003 François Hollande le fait entrer au Bureau National et le nomme secrétaire national à la justice.

Rapporteur en 1998 de la loi sur les rapports entre la Chancellerie et le Parquet, il s’est beaucoup investi à la commission des lois de l’Assemblée Nationale sur toutes les questions relatives à la justice. En décembre 2005, il est désigné, président de la commission d’enquête parlementaire chargée de rechercher les causes des dysfonctionnements de la justice dans l’affaire dite d’Outreau et de formuler des propositions pour éviter leur renouvellement. Pour la première fois dans l’histoire parlementaire française, les travaux d’une commission d’enquête sont suivis à la télévision par des millions de Français. Remis le 6 juin 2006, le rapport, adopté à l’unanimité, propose les axes d’une grande réforme de la justice. Ce travail lui vaut d’être élu « député de l’année 2006 » par un jury de 120 journalistes politiques de presse écrite et audiovisuelle.

Engagé de longue date auprès de François Hollande dont il est un fidèle « historique », il était responsable du pôle Institutions-Justice-Libertés dans son équipe de campagne présidentielle.

En octobre 2008, il est nommé membre du Comité Balladur sur la réforme des collectivités locales. De septembre 2011 à avril 2014, il est sénateur de l’Isère, membre de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.

Le 9 avril 2014, il est nommé Secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale par le Président de la République François Hollande dans le Gouvernement de Manuel Valls.

Le jeudi 11 février 2016, André Vallini devient Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, auprès du Ministre des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.

Passionné d’histoire et de cinéma italien, il est marié et père d’un petit garçon de 7 ans, Hugo.